Pyramide de Ponzi dans l’est lyonnais ?

Vous êtes sur un site satirique. Ne le prenez pas sérieusement. C'est une blague.

jeudi 11 août 2059 12137 Partages

Pyramide de Ponzi dans l’est lyonnais ?

Illustration : le suspect Christopher B.

L’arnaque à la pyramide de ponzi est presque aussi vieille que le monde, alors quand les employés d’une entreprise de l’est lyonnais se font dépouillés par un procédé similaire nous n’y avons vu que peu d’intérêt. Qui est assez stupide pour croire à « lita.co », offrant à la fois 15 de rendement tout en étant écologique ?

La curiosité de notre reporter fut cependant aiguisée après une simple rencontre dans un bar d’Aix en Provence avec une des victime Aurelien B, témoignage :

« Moi j’aime l’écologie et le placement paraissait bon, j’y ai mis toute mes économies, maintenant elle se sont volatilisés. En plus c’était proposé par notre CE, moi je pensais aussi servir les intérêts de la société en plus de ceux de la planète ! Pour vous dire j’ai même voté pour les chèques noël solidaire ! Bien sûr que je m’en veux, mais comme on dit : trop bon, trop con »

La détresse de l’homme étant aussi sincère que cette maxime qui s’appliquait définitivement trop bien à lui, notre cellule d’investigation se mit alors en chasse du responsable de ce montage financier et comme dans tous ce type de dossiers, il faut généralement suivre l’argent pour en trouver le coupable.

Après une semaine de recherches, notre enquête sur les flux financiers de cette sombre entreprise nous amène à rencontrer un personnage aussi mystérieux que discret. Spécialiste des crypto-monnaies il préfère rester anonyme et nous ne le connaitrons donc que sous son pseudo du « serpent de Tel-Aviv ». Voici une retranscription brute de notre échange :

« ….allo ? vous êtes le journaliste ?, écoutez, moi je n’ai pas de problème et je vais être transparent cette histoire est toute bête.. On m’a demandé de transférer discrètement les fonds de Lita vers une société se prénommant Ichiban Inc., ça pas de problème, en toute franchise vous voyez, mais le client n’a pas apprécié ma technique…En effet moi j’aime faire ça au plus cours en coupant les canaux traditionnels, à l’instar de couper des fils électriques, vous voyez? Bref, tout ce que je sais c’est que le surnom du mec c’était « sensorfit » sur internet ».

La suite fut pour nos experts triviale. En quelques clics on découvre que Sensorfit n’est pas un inconnu sur les réseaux sociaux. Star du crossfit, il a le muscle saillant et le verbe haut. Les comptes Instagram et Titk-Tok de cet dernier, Christopher B. (qui reste supposé innocent) ne sont qu’un étalage de richesses : voiture allemande, montres de luxe et villa imposante. Un train de vie bien supérieur à sa qualité d’animateur des ventes, sauf si l’on regarde de plus près son employeur : qui n’est autre que la société escroquée ! Renseigné par un autre de ses employés, Nicolas S., soit disant aussi expert en crossfit, on apprend par la même que Christopher B n’est autre qu’un membre du CE ! Et quand on apprend qu’il est aussi l’administrateur judiciaire d’Ichiban.inc domicilié à l’adresse de sa villa cela commence à sentir le soufre.

Contacter par nos soins, il se défend de toutes malversations et dévoile un axe de défense de haute volée :

« Tout d’abord je souhaiterai préciser que je ne suis pas animateur des ventes mais ingénieur commercial, ensuite ces allégations sont ridicules, je suis victime d’une cabale. Etant le plus grand account opener du bureau, on veut m’évincer. C’est dans la logique de ma mutation avortée à Besançon, cette histoire est un montage ! Je vais même vous faire une confidence, ces montres dont vous parlez, ben je les achète sur wish ». Une défense habile mais qui nous semble bien vaine.

Au vu de ses révélations, l’on ne peut que penser que la vie de Christopher B. n’est qu’une métaphore filée de l’expression populaire « plus c’est gros, plus ça passe » mais au-delà de la paraphrase présidentielle, c’est bien sur le terrain judiciaire que tout cela risque de se finir. Un procès très attendu par Aurélien B. qui souhaiterai bien s’acheter un nouveau vélo avec « ce qui est tout de même « mon » son argent ! »

Vous êtes sur un site satirique. Ne le prenez pas sérieusement. C'est une blague.

loading Biewty